Accueil / Actualités / Au programme de cette première journée au SIMI, un lapin sauvage, un battle d’architectes et des véhicules autonomes dans la Ville.

Au programme de cette première journée au SIMI, un lapin sauvage, un battle d’architectes et des véhicules autonomes dans la Ville.


Cette première journée au SIMI a débuté avec un petit déjeuner animé par Vladimir Doray, architecte chez WRA (Wild Rabbits Architecture). « Nous avons un arc à 150 cordes, nous sommes pionnier sur le bois, la ventilation naturelle, le logement participatif… Nous insistons sur l’agilité, nous faisons une architecture acrobatique, qui n’en a pas l’air. Nous voulons des logements faciles à vivre, dans des bâtiments sympas dont on n’aura pas à rougir dans 20 ans. Nous nous appelons les
wild rabbits, car nous avons de grandes oreilles et nous sommes toujours à l’écoute : des interlocuteurs, du programme, des opportunités… Actuellement, nous travaillons sur plusieurs projets : la Maison Plissée dans le 14 e , le Pop up Building à Aubervilliers ou encore La Crèche en papier dans le 20 E ».

« Dessine-moi un futur »
A 11h, un « battle » (amical) s’est déroulé sur le stand de Paris Sud Aménagement. Armés d’un feutre, Nadine Lebeau (Graal), Marc Bringer (Laraqui Bringer Architecture et Urbanisme) et Vincent Poilleux (Atelier Polis, paysagistes) ont eu la rude tâche de dessiner le futur. Ni plus, ni moins. Chacun en charge d’un personnage (une femme avec un bébé, un étudiant de 18 ans
et un retraité de 50 ans), ils ont dû le faire évoluer dans son environnement et à 4 moments-clé de la journée. Ils ont dessiné environ 40 minutes et nous ont donné à voir des fragments de demain : une tour de bureaux réhabilités, le vélo à batterie végétale, la ferme urbaine culture verticale, le déplacement dans une bulle avec utilisation des courants d’air, la Ville assez dense, avec des tours qui coexistent avec grands espaces naturels, les taxis volants (selon Uber, les premiers essais sont prévus en 2020 et le passage à la phase commerciale en… 2023).

 

Une Ville pour les piétons
15H 30, début de l’atelier Plus smart que smart, sur la mobilité de la Ville de 2050. Avec Pierre Musseau, conseiller urbanisme au côté de Jean-Louis Missika, co-auteur du livre Des Robots dans la ville, Yo Kaminagai, responsable de l’unité design & projets culturels à la RATP, Alexandre Mussche, de l’agence Vraiment Vraiment, spécialiste en design des politiques publiques et Alexis Jacob, de la start-up Deepomatic, qui développe des outils d’intelligence artificielle dans les
transports. Il est bien sûr question d’IA, de véhicule autonome, de voiture volante autonome et même d’hyperloop mais une Ville qui se vit est faite pour les piétons. Et les quatre débatteurs ont essayé de penser l’espace public depuis les véhicules qui le traversent. Pour tous, l’intégration du véhicule autonome dans la Ville est un graal : si on parvient à résoudre cette équation, de nombreux autres problèmes seront automatiquement résolus.

 

 

 

 

 

retour

ACTUALITES