Accueil / Actualités / Massy Vilgénis : permis de construire délivré à Vinci Immobilier pour une résidence sénior de 101 logements dessinés par ITAR ARCHITECTURES.

Nos actualités

Le projet est situé au sein du Parc de Vilgénis.

A 200 mètres, au Nord-Ouest du site, se trouve le château de Vilgénis (1850), et à une centaine de mètres au Nord, l’allée des Marronniers qui a fédéré le tracé de cette opération d’aménagement.

Quelques mots de l’agence ITAR architectures

Les 101 logements de la résidence sont répartis uniquement aux étages tandis que le socle (Rez-de-jardin et Rez-de-chaussée) accueille les locaux communs relatifs à la convivialité de la résidence ainsi qu’un local d’activités.

Un local d’activités, largement vitré et bénéficiant d’une triple orientation, est facilement identifiable. Il s’agit de la partie « active » du site, desservie depuis un parvis connecté directement à la voirie.

Agence ITAR architectures / Paysagiste Base

La conception architecturale

Deux matériaux dominent l’écriture du projet : le béton et le métal, alors que les menuiseries des logements, beaucoup plus discrètes sur la façade, sont en bois. La trame porteuse régulière du projet, composée de files structurelles espacées d’environ 6m, se compose d’un système-poteaux poutres en béton.

La filière semi-sèche est mise en avant avec l’utilisation d’éléments préfabriqués. D’abord en façade, avec un système de panneaux en béton préfabriqués déjà isolés de type pré-mur. Seule une légère épaisseur est coulée en place afin d’assurer la cohésion de l’ensemble. Le résultat, fini en usine, ne demande aucune autre intervention, contrairement à l’enduit retenu dans le cas de murs-manteaux.

Les balcons des logements seront également en béton préfabriqué en usine.

Le socle est une alternance d’éléments minéraux et miroitants, tandis que les étages sont animés par les filtres métalliques en aluminium (miroitants au sud, anodisé bronze au nord) dont la position varie d’un étage à l’autre.

A partir de l’étude phytosanitaire et du diagnostic du patrimoine arboré, nous avons pu déterminer les distances d’implantation à respecter vis-à-vis des arbres afin de ne pas en altérer leur développement.

Cette analyse a ainsi déterminé la longueur du bâtiment et l’orientation de sa cassure.

Ce dessein d’équilibre entre compacité et développement au sol a ainsi permis de travailler un épannelage des hauteurs. Si le programme de résidence sénior ne permet pas la réalisation de plots comme les lots similaires de la ZAC, le découpage du volume que nous avons travaillé tend à se rapprocher de la dimension de plots. Une faille est creusée au centre du bâtiment, à l’articulation des deux axes, découpant le volume initial en 3 plots. La distinction des trois volumes a ensuite été accentuée et affinée, leur conférant une identité propre.

Le plot central du projet, facilement identifiable par sa composition, est le centre névralgique du bâtiment.

Largement éclairé, le hall traversant se prolonge vers l’extérieur côté Ouest par une terrasse de 128 m2 orientée vers le cœur d’îlot. Fonctionnant comme une véritable interface, il est le point convergent des flux de la résidence et permet clairement d’identifier et desservir les deux principaux locaux communs de la résidence : un restaurant au Nord et une salle polyvalente au Sud.

Agence ITAR architectures / Paysagiste Base

L’aménagement paysagé

L’aménagement paysager de la parcelle s’organise autour de deux grandes logiques : à l’Est du bâtiment une nappe végétale florifère qui s’oriente vers les espaces publics majeurs, la Place des écoles et la rue du Parc de Vilgénis, à l’Ouest une grande clairière, ouverte sur le cœur d’îlot et les usages collectifs.

Le terrain naturel sera maintenu en priorité autour des arbres existants. Le modelé de terrain projeté tend à adoucir la topographie actuelle très fragmentée et à intégrer le socle du futur bâtiment. Afin de suivre l’intention directrice du projet de ZAC – « habiter la forêt » – notre réflexion s’est portée sur le respect de la végétation existante et la bonne appréhension de la topographie du site boisé.

Deux principes d’implantation ont ainsi été directeurs :

– Construire au maximum sur l’emprise des bâtiments existants à démolir.

– Ne pas s’aligner aux voies afin d’éviter un front trop urbain et préserver ainsi une dominante végétale.

Le démarrage des travaux est prévu pour le premier trimestre 2019 et une livraison en 2020.

Autres actualités

retour Retour à l'accueil