Accueil / Actualités / PariSudam renouvelle vos lieux endormis et ses vœux pour 2022 !

Nos actualités

A l’aube de formuler nos bonnes résolutions 2022, on a rêvé que la fabrique de la ville apporte un peu de magie à ceux qui vont la vivre pleinement : les plus jeunes, les amoureux des premiers temps, les grands-parents avant l’heure, les sages, les turbulents, les célibataires épanouis, les filles, les gars, cis-genres et sans-genre et ceux qui veulent s’en donner un, les employés, les chefs d’entreprises, les grands chefs indiens, tous ceux qui ont le « Permis d’être un habitant ou un usager par millier »…

Alors fermez les yeux, (bon, rouvrez-les pour lire la fin, puis refermez-les vraiment sur 2021).

C’est un 24 décembre et de nombreux projets en effervescence de la ville (celle dont on rêve, elle n’a pas de région, pas de canton, ce n’est ni un bourg, ni une métropole, disons que c’est un nuage) …vont donner lieu à d’intenses réalités cette nuit-là.

On s’imagine alors entrer dans des lieux en pleine transformation et voir un grand nombre de réalisations prendre forme en une nuit. Se trouver là au milieu de cette famille qui habite la première fois en toit-terrasse et suivre les enfants choisir leurs chambres avec engouement, être présent aussi au moment du départ à la maternité de cette maman qui habite juste en-dessous, et qui laisse son grand à garder aux voisins d’à côté rencontrés tout fraîchement à la Fête des Voisins de juin dernier, accueillir les premiers berceaux de la crèche qui ouvre dans la cour du bâtiment, et dresser les tables avec les serveurs de ce rez-de-chaussée actif dans lequel on boit un café, avant de renfourcher son vélo et prendre son métro, ligne 18. C’est le concert de fin d’année auquel on assiste ébahi, dans le Conservatoire de Musique et de Danse qui a été construit, au cœur d’un quartier dans lequel tous les rez-de-chaussée hybrides ont permis à ses acteurs du commerce temporaire d’ouvrir une boutique plus pérenne et de participer à la poursuite de l’intensité de la ville.

On observe aussi des jardiniers en herbe qui cultivent un délaissé urbain puis s’harnachent d’un baudrier et escaladent un fronton de résidence érigée en pleine forêt, pour ensuite poursuivre leur ascension dans les arbres.

Cette nuit-là, on a du temps devant soi, et on aide un monsieur d’un âge sage à porter ses paquets pour traverser le mail planté qui a donné des fruits exotiques avec un parfum inoubliable qui embaume l’air de ces lieux mystérieux, on lève alors la tête et on se trouve face à face avec l’artiste qui intervient sur la façade d’un parking en silo, qui voit son œuvre se poursuivre pour recouvrir la ville en une anamorphose. Juste avant de se réveiller, on plonge au cœur d’un ballet moderne qui ne se produit pas sur une scène mais au centre d’un city-stade, et les danseurs dessinent une fresque au sol sous leurs demi-pointes.

On réalise alors qu’on a investi la ville entière à travers ce rêve, parce que c’est ce métier, tous ces métiers qui nous font vraiment vibrer, à n’en pas dormir, et ce sont tous les usagers pour lesquels on rêve que demain soit plus fort à vivre qu’hier qui vont se rencontrer et fêter ensemble ce renouveau.

PariSudam renouvelle vos lieux endormis et ses vœux pour 2022 !

Et comme on rêve en grand, on a réalisé pour vous un poster de vœux, sous la direction talentuo-artistique de @Republic.Studio et grâce aux traits géniaux de @Liam Cobb

liamcobb.com/

L’artiste s’est inspiré du projet de réhabilitation de « La gare de Louis Brachet » que nous voulons multiple, joyeuse et attractive et pour laquelle nous avons lancé un appel à manifestation d’intérêt qui prend fin ces jours-ci.

Liam Cobb a réinterprété le plan en coupe datant de 1935, de l’architecte

 

 

Autres actualités

retour Retour à l'accueil