Accueil / Actualités / « Le bon profil » – O’hanna, le sens humain aiguisé, une pointe d’urbanité

Nos actualités

O’hanna Jingand œuvre dans la vie courante et dans la vie pro au bien-être des citoyens.

Soucieuse d’occuper son temps libre à des causes sociales, O’hanna a aussi le souhait du mieux-vivre dans les quartiers auxquels ses projets participent.

En étudiant divers usages aux équipements et lieux déjà conçus, en inventant de nouvelles formes de collaborations avec l’aménageur, étant motivée par une forme d’art dans la ville.

Art de vie ou style urbain, O’hanna qui entretient des relations amicales avec nombre d’artistes urbains est en capacité d’innover de nouvelles façons de faire vivre un chantier, un mobilier urbain.

Ce désir d’urbanité, elle le nourrit aussi en imaginant animer les délaissés et non-lieux qui peuvent faire partie de la ville.

Le sens du travail pour O’hanna, c’est définitivement d’en donner à la ville, préoccupée par les femmes et hommes qui font un quartier.

Parce qu’aménager un territoire, c’est permettre le développement local – c’est sur le territoire comme espace de vie que le développement peut s’ancrer- la question du genre est justement un de ses centres d’intérêts pour que la question égalité femmes-hommes n’en soit plus une dans la ville de 2030.

Diplômée d’un Master Politiques publiques et stratégies urbaines, codirigé par Sciences Po puis du Master (AMUR) à l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, O’hanna s’est très rapidement tournée vers la culture urbaine et trouve chez PariSudam une certaine façon d’appliquer ses recherches, dans un laboratoire grandeur nature.

 

Autres actualités

retour Retour à l'accueil